Au-delà de l’évaluation de la formation médicale, quelle place pour l’évaluation collaborative en santé ?

4 Oct 2016

3 questions à Yann Bubien, Directeur du CHU d’Angers

Comment voyez-vous évoluer l’évaluation en médecine et plus spécialement des établissements de santé dans les années à venir ?

 

L’excellence technique doit et fait bien sûr partie des critères d’évaluation. Pour autant, elle ne suffit pas. Les conditions d’accueil, l’innovation pédagogique, la reconnaissance et l’accompagnement sont des éléments fondamentaux.

Il est donc tout particulièrement important de développer une véritable politique d’attractivité et de mettre en avant ses atouts. A titre d’exemple, le CHU d’Angers et l’Université d’Angers ont lancé deux campagnes en ce sens pour mettre en avant l’attractivité d’Angers : en 2015, une campagne vidéo qui a dépassé les 100 000 vues sur YouTube : « Adopte un PU-PH » et, cette année, une web-série : « Céline choisit son internat.

 

En tant que Directeur d’un établissement, l’évaluation est-elle destinée à fournir des indicateurs / des comparateurs ou peut-elle (doit-elle) aller plus loin, permettre de “réaligner” une stratégie, donner de nouvelles orientations ? Autrement dit, faut-il piloter aux instruments ?

 

Les indicateurs sont utiles pour objectiver un constat. Pour autant, un pilotage uniquement par les indicateurs est à proscrire car ils ne permettent pas d’embrasser l’ensemble d’une réalité. Dans une politique d’attractivité, vis-à-vis des étudiants, des internes, des praticiens, des professionnels de santé et des patients -, le ressenti est un élément fondamental, et il ne se mesure pas toujours « scientifiquement ». Les appréciations littérales, le « bouche à oreille », les recommandations sont des éléments fondamentaux en la matière, sans doute plus que des indicateurs chiffrés.

 

dmd Santé a sondé les utilisateurs de Stagium afin de savoir ce qui constituait pour eux le principal attrait de la plateforme. Leurs réponses sont claires, au-delà des résultats chiffrés / objectivés, et même largement devant, ce qui les attire, ce sont les commentaires libres des autres étudiants et internes. Ce résultat montre qu’en médecine la “part de l’humain”, du ressenti, reste primordiaux.

Au-delà de l’évaluation de la formation médicale, pensez-vous que ce type de plateforme puisse donc améliorer l’expression de la démocratie sanitaire ?

 

Très concrètement, cela existe déjà, à travers notamment les réseaux sociaux. La e-réputation d’un établissement est désormais un élément important.

Quant aux sites dédiés à l’évaluation des professionnels de santé par les patients, auxquels vous faites référence dans votre question, il serait intéressant de recueillir l’avis des associations d’usagers pour savoir s’ils sont à leurs yeux un instrument de démocratie sanitaire, et leur niveau d’importance par rapport aux autres instances/lieux qui existent déjà.  Je pense notamment à la Conférence Régionale de Santé et de l’Autonomie (CRSA) ou, par exemple au forum citoyen que nous avons mis en place au CHU d’Angers depuis 2013.

 

Partager sur
logoStagium
Écrit par

Justine.

Merci de laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

N'hésite pas à dire que tu aimes Stagium
STAGIUM.FR
Stagium.fr est une plateforme web de services pour les jeunes médecins.

Elle permet aux externes et internes de médecine d'évaluer leurs stages hospitaliers, cliniques ou praticiens. Consulter les avis de la communauté aide les étudiants à construire une formation médicale personnalisée. Les médecins y gèrent aussi leurs plannings de garde et leurs remplacements.
C'est pratique et gratuit.
un service logoStagium